Accueil»Catégories»Communiqués»Mon intervention au CD de l’Essonne

Mon intervention au CD de l’Essonne

2
Partage(s)
Pinterest Google+

Mon intervention au Conseil départemental de l’Essonne lors du débat sur le vote du budget primitif.

« Ce matin, nous assistons enfin à l’épilogue d’une longue campagne de dramatisation de la situation financière du DEPARTEMENT et de dénigrement de vos prédécesseurs.

Finalement, nous y sommes. C’est une augmentation de 29% de la taxe foncière sur les propriétés bâties que vous allez faire subir aux Essonniennes et Essonniens avec l’assentiment de votre majorité.

Cette mesure est un prix fort que devront payer les contribuables Essonniens, mais pas le seul. En plus de cette pression fiscale accrue vous avez décidé d’opérer des reculs importants des politiques publiques initiées par vos prédécesseurs pour faire face à la crise sociale.

Et là se trouve en réalité la véritable rupture que vous incarnez dorénavant.

Là où la précédente majorité plaçait la qualité de vie des Essonniens, de TOUS les Essonniens, au cœur de ses arbitrages budgétaires et donc au cœur de son projet politique, vous avez fait, vous, le choix inverse puisque vous les ignorez, vous les malmenez allant jusqu’à les suspectez d’en abuser. D’ailleurs, vous le revendiquez : vous leur préférez la réduction de la dette que vous prenez toujours soin de ne pas comparer à celle des autres départements de la même strate. Au passage, vous oubliez volontairement de mentionner que notre capacité de désendettement est de 6,9 ans quand la moyenne des départements franciliens est de près de 2 ans de plus.

Je ne reviendrai pas d’ailleurs sur la bataille des chiffres. Mes collègues l’ont fait avant moi. Vos chiffres se contredisent et nous ne serons pas d’accord aujourd’hui. D’ailleurs cela vient renforcer la demande portée par le Président de notre groupe pour reporter le vote du budget, la loi permettant son adoption jusqu’au 15 avril.

La hausse des dépenses sociales que vous décriez et que vous dénoncez, nous les assumons ! Nous pensons que c’est sur cela que repose justement l’engagement politique. Si nous plaçons au second plan les attentes et les besoins de nos habitants alors nous nous trompons. D’ailleurs, je suis particulièrement frappée de ne pas lire une analyse des besoins sociaux pour justifier la réorientation de telle ou telle politique publique. Vous vous bornez à prendre le prétexte de la loi NOTRE pour désengager l’institution départementale des services publics utiles aux Essonniens. C’est un peu court !

Et puis, que dire de la responsabilité dont vous vous revendiquez quand vous savez que vos économies seront autant de nouvelles dépenses pour les CCAS, les communes et tous les autres acteurs de l’action sociale.

Vous dénoncez le désengagement de l’Etat, mais que faites vous d’autre en réduisant les aides qui bénéficiaient aux familles et aux jeunes ?

Pour prendre un exemple, celui de la suppression de la gratuité de la restauration scolaire pour les collégiens issus de familles en difficultés. Au total, 6386 collégiens bénéficiaient de la gratuité des repas de cantine, très souvent le seul repas équilibré de la journée. Par votre décision, ces familles iront au mieux, quand elles ne retireront pas leurs enfants de la 1/2 pension, taper à la porte des CCAS financés par les budgets communaux.

Bien sûr, je ne nie pas les difficultés financières réelles auxquelles notre DEPARTEMENT fait face. Elles sont réelles, et cela vous l’oubliez, bien antérieures à votre élection. Ni la crise sociale, et avec elle l’augmentation des dépenses à caractère social, ni le désengagement de l’Etat, et là permettez-moi de rappeler la phrase de François Fillon en septembre 2007 « je suis à la tête d’un Etat en faillite » pour justifier la baisse croissante du soutien de l’Etat aux collectivités, n’ont démarré en 2015.

La précédente majorité avait elle aussi engagé des politiques d’économie sans réduire le service final aux Essonniens qui en ont besoin. La mutualisation des dépenses de gaz et d’électricité dans le budget des collèges a été engagée avant votre élection. Vous vous en attribuez les gains en 2016 mais vous oubliez encore de préciser que c’est l’inventivité et le long travail de vos prédécesseurs qui les permettent.

Nous pensons, nous, que face à la crise qui perdure, un autre budget est possible, un budget qui ne tourne pas le dos aux besoins des Essonniens et des plus fragiles en particulier. Nous le démontrerons dans les débats suivants au travers de nos amendements.

Vous avez conclu votre propos introductif en nous présentant votre vœu : que chaque Essonnien soit fier d’habiter notre DEPARTEMENT. Difficile de croire que cet objectif sera atteint avec cette cure d’austérité que vous leur concoctez ! »

Article précédent

Conseil municipal de Chilly-Mazarin, une faute politique et une faute morale !

Article suivant

This is the most recent story.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

Mon intervention au CD de l’Essonne