Accueil»Secteurs»Chilly-Mazarin»Conseil municipal de Chilly-Mazarin, une faute politique et une faute morale !

Conseil municipal de Chilly-Mazarin, une faute politique et une faute morale !

0
Partage(s)
Pinterest Google+

Lors du dernier Conseil municipal, l’équipe de Jean-Paul Beneytou (UMP) a fait voter deux délibérations à la fois surprenantes et consternantes.

Le premier vote est une faute politique : la suppression de la sous-commission d’attribution des logements.

Cette sous-commission mise en place par l’équipe municipale de en 2008, et adoptée à l’unanimité du Conseil Municipal (y compris JP Beneytou et Martine Girard), est composée d’élus de la majorité et de l’opposition, de l’administration municipale et des associations Chiroquoises représentant les locataires du parc social. Elle a pour objectif d’analyser les demandes de logements des Chiroquois et de les classer par rang de priorité selon une charte adoptée également en 2008. Puis les candidats sont présentés aux bailleurs sociaux selon ce classement de dossiers.

Mais lors du dernier Conseil municipal, le Maire et son adjoint ont décidé de changer les règles du jeu. Tournant le dos à la transparence, ils ont décidé de supprimer cette commission. Désormais, il n’y aura plus aucune réunion pour examiner les dossiers et l’opposition comme la société civile ne pourront plus garantir que la charte d’attribution a bien été respectée. Alors que les citoyens réclament plus de transparence, le Maire et son adjoint ont décidé de mettre en place un système opaque.

La porte est désormais ouverte aux copinages, à l’arbitraire et au clientélisme. C’est un recul démocratique pour notre ville.

 

Le deuxième vote est une faute morale : l’annulation des travaux d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap à la MJC.

Depuis 2005, notre ville a pris l’initiative de programmer chaque année des travaux pour remettre aux normes les équipements publics afin de permettre leur accessibilité aux personnes en situation de handicap et notamment aux fauteuils roulants. Ainsi dans le budget 2014, l’équipe municipale que je conduisais, en concertation avec la MJC, a programmé une première tranche de travaux pour rénover cette structure et la mettre aux normes en matière d’accessibilité. Les crédits étaient programmés et les travaux devaient se dérouler avec un planning qui ne gène ni les activités, ni les usagers de la MJC.

Mais depuis le dernier Conseil municipal, le Maire en a décidé autrement ! Il considère que l’accessibilité des personnes handicapées n’est pas une priorité. Il a fait le choix de reporter ces travaux à une date ultérieure, improvisant au passage une future concertation, sans préciser le calendrier.

Le flou dans lequel est en train de s’enfermer le Maire concernant l’avenir de la MJC à de quoi nous inquiéter. Alors que le bon sens aurait été de procéder à des travaux par étapes pour ne pas alourdir la facture ni gêner le fonctionnement de la MJC, Jean-Paul Beneytou est en train d’improviser en catastrophe une solution floue, à laquelle il ne semble pas croire, et qui risque d’avoir un effet négatif sur nos impôts.

De plus, il commet une faute morale en déclarant publiquement que la question du handicap n’est pas sa priorité.

 

Le Parisien 26 juin 2014

 

Article précédent

Intercommunalité, quel avenir pour Europ'Essonne ?

Article suivant

Mon intervention au CD de l'Essonne

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

Conseil municipal de Chilly-Mazarin, une faute politique et une faute morale !